Kreamondo > Blog > Une langue ancestrale irlandaise gravée dans la roche

Le Blog

04 juin 2019

Une langue ancestrale irlandaise gravée dans la roche

Rencontre-entretien avec Luke Reddy de Aum dans son atelier de Sligo, en Irlande. Un sculpteur atypique, cherchant à faire perdurer l’héritage transmis par ses ancêtres.

© Luke Reddy

Pourriez-vous nous parler un peu plus de vous ? Vos origines, votre parcours ?

Mon nom est Luke, j’ai 28 ans et j’habite dans le comté de Sligo, au Nord-Ouest de l’Irlande. Originaire de Dublin, ma passion pour l’océan et le surf m’a poussé à déménager sur la côte Ouest. C’est là où j’ai installé mon atelier, ce qui me donne une liberté totale et me permet d’organiser mes journées selon mes envies. Je laisse le temps et la nature dicter mon quotidien, c’est quelque chose que j’adore.

© Luke Reddy

Qu’est-ce qui vous a amené à vous exprimer à travers la sculpture ? Où puisez-vous votre inspiration ?

J’ai toujours été passionné par l’art en général et son effet sur certaines personnes. J’ai étudié le maquettisme à l’université pendant une courte période en 2010, mais d’autres projets ont écourté mes études et je n’étais qu’un simple observateur d’art pendant de nombreuses années. Mais j’ai rencontré beaucoup de difficultés dans ma vie personnelle ces dernières années, ce qui m’a poussé à me réorienter complètement. C’est en méditant que j’ai trouvé la force de surmonter ces difficultés. Après un certain temps, je me suis senti plus en connexion avec moi-même, la nature et notre planète. Cela m’a grandement inspiré et j’ai commencé à visualiser certaines créations ayant pour but de se reconnecter avec soi-même et avec le monde qui nous entoure.
Je m’inspire beaucoup des vestiges qui ont été laissés par nos ancêtres irlandais et de l’environnement naturel dans lequel ils étaient. Ceci dit, mes créations sont façonnées par ma compréhension personnelle de notre monde, par l’exploration de soi, la méditation et ma passion pour les peuples anciens. J’ai toujours eu l’impression que ces peuples vivaient en harmonie avec les forces de notre planète, plus que nous de nos jours. J’ose espérer et je me réjouis de savoir qu’une de mes créations puisse transmettre un message de respect et de préservation de la nature.

© Luke Reddy

Pourriez-vous nous expliquer le rôle et l’histoire de la langue Ogham ? Quelle est son importance pour vous ?

On pense que l’Ogham est la première forme écrite de la langue irlandaise. Avant cela, l’irlandais, son contenu et sa sagesse se transmettait uniquement à l’oral. Certaines études suggèrent que l’Ogham a été créé afin de protéger des savoirs et des connaissances des envahisseurs durant les croisades. Cela m’a toujours fasciné ! J’ai été captivé par l’idée qu’une civilisation n’utilise pas l’écrit pour préserver son savoir. Nous pouvons penser que les peuples parlant le gaélique ont fait perdurer cette tradition avant l’arrivée du christianisme en Irlande. L’Ogham est donc notre seul lien à ce savoir.
Encore plus intéressant, l’irlandais primitif ressemble très fortement au sanskrit, partageant de nombreux mots et posant les bases d’une langue indo-européenne commune parlée il y a plus de 5000 ans ! C’est à peu près à cette période que l’on date certains monuments tels que Newgrange et les temples de Loughcrew. On connait tous la dimension spirituelle du sanskrit et ses enseignements, on ne peut qu’imaginer le savoir que cette langue primitive irlandaise aurait pu nous apporter si elle avait été transmise.
Graphiquement parlant, l’Ogham est une écriture magnifique. Elle se lit de bas en haut tel un arbre : vous avez les racines en premier, le tronc suivi de chaque lettre, comme des branches. On nomme souvent l’alphabet Ogham l’alphabet de l’arbre, car beaucoup de lettres portent le nom d’arbre présent en Irlande.
J’accorde beaucoup d’importance à cette langue car elle nous connecte à nos ancêtres, c’est un lien entre nous et les peuples qui habitaient l’Irlande avant le christianisme. Bien que nous ayons peu d’informations sur ces peuples, ce sont ces marques gravées qui résistent au temps et qui ne cessent de nous intriguer. Lorsque je les regarde, j’essaye d’imaginer leurs vies, leurs habitudes et leur civilisation. C’est à eux que j’essaye de rendre hommage, à travers mes sculptures.

© Luke Reddy

Avec vos propres mots, quel est le message que vous essayez de transmettre à travers votre art ?

J’essaye de transmettre un message d’unité avec ce qui nous entoure. Je considère comme un devoir de nous reconnecter avec la nature à travers l’expression créative, tout en rendant hommage aux peuples de l’Irlande ancestrale.
De plus, j’espère inspirer d’autres personnes à vivre en harmonie avec la planète et à prendre leur responsabilité en la protégeant ensemble. La pierre est ici depuis bien plus longtemps que nous, elle a eu le temps de ressentir les vibrations de l’humanité et elle comprend nos difficultés. Elle nous a vu faillir et triompher. Je les utilise donc afin de transmettre des messages importants, tel un rappel de notre place dans ce monde, un memento mori nous rappelant notre mortalité.

© Luke Reddy

Vous pouvez suivre Luke sur Instagram et sur son site web.

Commentaires

Bienvenue sur Kreamondo, première communauté internationale dédiée à l’artisanat et la création !

Kreamondo, c’est :

  • Une sélection de boutiques indépendantes géolocalisées
  • Une sélection en ligne de créations originales conçues par des artisans de talent
  • Une sélection d’ateliers créatifs à travers le monde

> En savoir plus