Kreamondo > Blog > Des créations mêlant la chaleur du bois à la souplesse du cuir, rencontre avec Damien Béal

Le Blog

12 novembre 2019

Des créations mêlant la chaleur du bois à la souplesse du cuir, rencontre avec Damien Béal

Un ambassadeur du savoir faire et de l’artisanat français à l’international, le créateur Damien Béal nous ouvre les portes de son nouvel atelier-boutique de Versailles et nous accorde une rencontre-entretien. A travers la combinaison de matériaux et de techniques surprenantes et innovantes, Damien met un point d’honneur sur la qualité et la durabilité de ses créations.

© Damien Béal

Kreamondo : Vous avez une formation en ébénisterie-menuiserie au sein des compagnons du devoir. D’où vous est venu ce désir d’aller vers le cuir et de combiner ainsi bois et cuir dans vos créations ?

Damien Béal : Il est vrai que ma formation initiale est spécifique au bois mais j’ai toujours été attiré par d’autres matériaux ainsi que par d’autres métiers manuels. Durant mon tour de France auprès des Compagnons du Devoir, je m’attardais beaucoup dans les ateliers des autres corps de métier tels que les cordonniers ou bien les tapissiers. C’est en 2013 que j’ai fait mes premiers pas dans la maroquinerie. A la demande d’Erica Stefani, maître mosaïste, j’ai confectionné La Ninetta, un sac tout en bois incrusté de tesselles. De cette collaboration, est né le désir d’intégrer le bois non plus dans une pièce unique mais dans un sac pour un usage quotidien. Après quelques essais infructueux avec différentes matières, dont la feutrine, le cuir s’est rapidement imposé comme la matière idéale du fait de sa tenue, de son toucher, etc. Une fois le choix des matériaux accompli, je me suis interrogé sur la meilleure technique pour agencer le bois et le cuir. En effet je ne souhaitais pas que le bois soit une simple ornementation du sac en cuir mais bien que ces deux matériaux soient littéralement cousus entre eux. Les sacs que je propose, comme la pochette Le Strict Minimum, sont donc cousus à la main par un point de maroquinerie traditionnel, dit « point sellier ».

© Damien Béal

On a pu voir qu’aucun projet ne vous intimide (des sacs, un vélo, une horloge et bien d’autres) ! Vous imposez vous des limites lors de la conception de vos créations ? D’où puisez-vous une telle inspiration ?

Effectivement, j’aime m’autoriser à travailler sur n’importe quel type d’objets. Je réfléchis sans cesse sur de nouveaux projets et j’ai toujours avec moi un carnet dans lequel je conserve toutes mes idées. Ma réflexion est donc très libre. A contrario, il arrive qu’une limite s’impose à moi au moment de la confection de l’objet du fait du coût de certaines matières ou du manque de temps pour développer chaque projet. D’ailleurs, de nombreuses créations sont restées sous forme de prototype et n’ont pas encore trouvé leur place dans la boutique. Dans tous les cas, quelque soit la création, je suis ma ligne directrice à savoir, entre autres, une confection française artisanale de haute facture et une utilisation de matériaux nobles choisis pour leurs qualités esthétiques et pérennes auprès de fournisseurs respectueux de l’environnement. Concernant mon inspiration, il suffit que je regarde autour de moi car les objets du quotidien sont ma source première. Je ne peux nier l’influence du mobilier contemporain dans mon travail, qu’il soit scandinave ou industriel, et plus spécifiquement les chaises que je collectionne. Ainsi toutes mes créations sont particulièrement épurées afin de donner une place importante aux matières et de laisser apparaître les signes de la fabrication.

© Damien Béal

Vous parlez d’une envie de revenir à des objets qui résistent au temps, sans obsolescence. Quelle importance donnez-vous à la durabilité de vos créations ?

Je suis souvent choqué par notre propension à consommer tout autant que par notre acceptation du manque de qualité des objets achetés. A notre époque, les gens ont tendance à regarder davantage le prix que les détails de ce qu’ils achètent. Aussi, la notion de durabilité, mais également de qualité, sont au cœur de mon processus créatif. Je passe donc beaucoup de temps à remettre en question mes créations et ce dans les moindres détails (choix des matériaux, des accessoires, des techniques de fabrication, etc.). Je désire revenir aux fondamentaux d’un objet durable, pour lequel l’impact du temps ne soit qu’un signe d’embellissement et non d’usure. J’envisage sincèrement mes créations comme des compagnons de vie que j’aurai peut-être le plaisir de croiser chez un antiquaire dans quelques années.

© Damien Béal

Vos créations se vendent dans le monde entier. Peut-on parler d’un rayonnement de l’artisanat français à l’international ?

Indéniablement, l’artisanat français est reconnu mondialement. Je constate moi-même un réel engouement pour notre savoir-faire artisanal. De nombreuses associations, comme Les Ateliers d’Art de France, œuvrent pour la valorisation des métiers d’art à l’international. Ainsi, de plus en plus d’artisans comme moi ont la chance de pouvoir vendre leurs créations dans des pays tels que le Japon, la Chine, etc. Mais, selon moi, cette exposition à l’international impose à l’artisan une réflexion sur le développement de son activité. Pour ma part, je mets un point d’honneur à ne pas externaliser la production de mes créations. La garantie d’une confection française de celles-ci passe nécessairement par une croissance maîtrisée de mon entreprise.

© Damien Béal

Pourriez-vous nous parler de vos futurs projets et des créations sur lesquelles vous travaillez ?

Le projet de la rentrée fut le déménagement de mon atelier-boutique. En effet, je viens tout juste d’emménager dans un nouvel espace situé au 40 rue d’Anjou à Versailles. Ce dernier est beaucoup plus grand que le précédent et me permet de faire cohabiter mobilier, objets de décoration ainsi que maroquinerie. Je désire y présenter les collaborations en cours, comme avec le duo de street artistes Enfants Sauvages, mais également de nouveaux modèles de sacs qui seront présentés au salon Maison et Objet en janvier prochain. De plus, certains meubles sur lesquels je travaille depuis plusieurs années pourront enfin y trouver leur place. Je ne peux dévoiler totalement le projet sur lequel je travaille actuellement mais je peux vous confier qu’il s’agit d’une pièce unique réalisée en collaboration avec une designer textile…

© Damien Béal

Retrouvez Damien Béal sur Instagram, Facebook et sur son site web pour découvrir davantage de ses créations.

Partager cet article sur :

Commentaires