Kreamondo > Blog > Le Masque et la Plume par Maud Ruby

Le Blog

18 juin 2019

Le Masque et la Plume par Maud Ruby

Friand d’artistes et de créateurs se distinguant par leur créativité et leur originalité, Kreamondo a eu le plaisir de s’entretenir avec la modiste Maud Ruby, et d’en savoir plus sur son art, son parcours et sa marque éponyme.

© Maud Ruby

Quelle est l’origine de votre affinité avec la mode et le métier de modiste plumassière ? D’où est né cet amour pour le textile ?

Je suis une fan inconditionnelle de My Fair Lady avec Audrey Hepburn et Rex Harrison. Le film s’ouvre sur une scène de descente d’escalier, à la sortie d’un opéra. On aperçoit des bas de robes plumées, des chaussures brodées, de la dentelle, des perles… Je crois que mon engouement pour la mode a démarré par cette scène que je ne me lasse pas de regarder ! Même encore aujourd’hui… Le film entier est une ode à l’élégance.
Petite, j’ai appris à broder, tricoter, coudre avec ma grand-mère. J’ai toujours fait énormément de travaux manuels. Peinture sur soie, tissage, bijou, sculpture, moulage…
Après, je n’ai pas su dès mon plus jeune âge que je souhaitais devenir Modiste Plumassière. Ce sont les rencontres que j’ai faites dans le métier qui l’ont déterminé.
A l’école de stylisme, on m’a effectivement fait remarquer que j’avais une prédisposition pour le textile. Mais j’avais envie de tout voir, tout tester dans le milieu de la mode.J’ai trouvé des réponses en me spécialisant dans l’accessoire, plus précisément dans le chapeau.

A la sortie du Greta, j’ai été mise en relation avec l’un des derniers ateliers de Fleurs artificielles et de plumasserie de Paris. C’est la rencontre avec Mr Legeron. J’ai découvert l’artisanat d’art de la mode ! Dont on ne nous parlait pas du tout à l’époque. Je me suis si bien entendue avec Mr Legeron, que je suis restée 5 ans.
Ils m’ont tout appris sur la plume et la façon traditionnelle de la travailler.
Depuis j’évolue dans cet univers. J’ai quitté les divers ateliers chez qui j’ai pu travailler pour me lancer vraiment à mon compte en 2015-2016.

© Maud Ruby

Comment définiriez-vous les métiers de modiste plumassière ?

En tant que modiste vous devez savoir appréhender le volume. Le métier est assez vaste. Vous pouvez intervenir dans différents univers : théâtre, couture ou prêt-à-porter. Chaque univers implique des techniques différentes. Le théâtre mettra en valeur le volume global, la couture, comme en vêtements, sera cousue main et le prêt-à-porter cousue machine.
Pour ma part, je me suis tournée vers la couture, avec ces techniques anciennes, travail de sparterie, tendu de tissu, moulage du feutre sur bois,… Ce qui m’a plu dans ce métier est qu’il faut autant de force que de finesse. C’est également souvent de belles rencontres avec le formier, le plisseur, le plumassier, le carcassier…
Aujourd’hui le métier peut paraître poussiéreux, mais le couvre-chef fait son grand retour. Un look avec chapeau attire toujours l’attention et beaucoup de presse. Ces derniers temps les créateurs l’ont bien compris (Dior, Balmain, Margiela…)
La haute mode et la plumasserie sont complémentaires. C’est toujours une histoire de manipulation de matière et de volume.

Le travail de la plume demande minutie et patience. Les champs d’actions sont peut-être un peu plus vastes. Ils couvrent la couture, le PAP, le design, l’événementiel, l’art. On le considère plus comme de la broderie, un ennoblissement de la matière. La plume fascine, elle a un caractère apaisant et sacré. Aujourd’hui, nous sommes concernés par la protection de la faune et de la flore. Le métier a su évoluer avec son temps. Il est régulé par des questions d’éthiques, de protection des animaux, et cela depuis 1913, par la convention de Washington. Nous pouvons utiliser exclusivement des oiseaux d’élevages que nous consommons. Les oiseaux rares proviennent de stocks anciens.
C’est un métier de passion, un univers difficile dans lequel il faut trouver, construire sa place.

© Taline Kassar

Comment décririez-vous le caractère unique/singulier de vos chapeaux ?

Je souhaitais allier la couture au streetwear, un design graphique sur une forme simple de chapeau, facile à porter.
Habituée à travailler pour la couture et le sur-mesure, j’ai conservé le même niveau d’exigence : belles matières de fibres naturelles, broderie aussi belle à l’endroit qu’à l’envers, finition couture.
Le chapeau est une page blanche qui va servir de support d’expression. La matière est l’inspiration. Toute l’élaboration de la pensée a été tournée autour des détails intérieurs qui viennent border le visage.

© Taline Kassar

Votre collection casual chic a-t-elle pour objet d’ouvrir la haute couture à un public plus large ?

Je suis partie d’un constat : ce sont toujours les mêmes formes de chapeaux qui sont portées dans la rue, fédora ou capeline. Je souhaitais les « chic-iser » et apporter mon univers. Donc oui, il y a un côté Couture. C’est un très bel accessoire que l’on porte dans la vie de tous les jours, ou pour une soirée pour se démarquer, comme on accessoiriserait sa tenue par un très beau sac.
Nous avons la chance aujourd’hui de pouvoir faire voyager nos images dans le monde entier grâce aux réseaux sociaux. Instagram, un site web, une boutique en ligne peuvent traverser les frontières et toucher un public plus vaste et varié.
C’est l’envie de faire se rencontrer l’artisanat d’art et un produit tendance qui, je l’espère, plaira à une communauté qui cherche la différence et la qualité.

© Maud Ruby

Que diriez-vous à un(e) jeune homme/femme qui voudrait poursuivre cette passion ?

Courage et persévérance ! Le chemin sera long et difficile. Il ne faut pas négliger de se construire et d’entretenir son réseau pendant ce cheminement.
A l’heure actuelle, il y a peu d’écoles et de maisons. Les débouchés sont minces…
Mais quel enthousiasme de travailler sur une robe qui sera sur les podiums ! De travailler pour les plus grands noms de la Couture ! Et quelle fierté de voir son travail aboutir ! »

© Maud Ruby

Un grand merci à Maud Ruby pour cet entretien très enrichissant permettant de comprendre davantage son art. Vous pouvez retrouvez ses créations et ses projets sur son site web.

Commentaires

Bienvenue sur Kreamondo, première communauté internationale dédiée à l’artisanat et la création !

Kreamondo, c’est :

  • Une sélection de boutiques indépendantes géolocalisées
  • Une sélection en ligne de créations originales conçues par des artisans de talent
  • Une sélection d’ateliers créatifs à travers le monde

> En savoir plus